federation hospitaliere de france  

 PAGE D'ACCUEIL DU SITE "PSYCHIATRIE INFIRMIERE"

 

 

Article paru dans le site "http://www.fhf.fr/"

 

 

La Lettre de la Fédération Hospitalière de France.

Paris, juillet 2009.


Halte aux contrevérités !


La campagne de communication organisée en ce moment par les cliniques commerciales pour obtenir une hausse de leurs tarifs ne peut que choquer à plusieurs titres.

Face à cette offensive, la F.H.F. ("Fédération Hospitalière de France") a d'ores et déjà mis en évidence les évaluations partielles et les chiffrages tronqués des représentants des cliniques commerciales. Il est temps de tenir compte dans les comparaisons des dépassements d'honoraires en ville, des suppléments demandés aux patients, des normes de sécurité dont le respect a tant d'impact sur nos établissements.

 

Alors qu'une récente étude montre les discriminations subies en ville par les patients titulaires de la CMU, il est également temps de réaffirmer nos valeurs et de rappeler avec force que, si les cliniques commerciales ont des tarifs souvent plus faibles, c'est parce qu'elles choisissent les pathologies les plus rentables et parce que les tarifs des hôpitaux sont "gonflés" par les surcoûts engendrés par les missions de service public qui devraient être financées par l'enveloppe Migac ("mission d'intérêt général et d'aide à la contractualisation").

 

Dès qu'une activité est déficitaire (réanimation, unité neuro-vasculaire, pédiatrie, soins aux diabétiques...), c'est l'hôpital public qui l'assume, comme il est le seul à accueillir les patients les plus fragiles et ceux qui ont besoin des soins les plus lourds, comme il sera le seul à faire face demain aux risques de pandémie, même s'il ne s'agit pas d'une activité rentable.

En cette période de crise, l'urgence est bien de conforter les structures qui accueillent tous les patients, 24h/24, sans discrimination, pas d'augmenter la rémunération des actionnaires des cliniques.

 

Le seul actionnaire des hôpitaux publics, c'est le patient.

 

Claude Evin, président, et Gérard Vincent, délégué général,
de la Fédération Hospitalière de France,

 

 

Consulter ci-dessous:

 

 

 

 

Haut de Page