Lucien Bonnafe 

 PAGE D'ACCUEIL DU SITE "PSYCHIATRIE INFIRMIERE"

 

 

 

LUCIEN Bonnafé

 

 

 

 

…Un jour je m'attendais moi-même
Je me disais Guillaume il est temps que tu viennes
Et d'un lyrique pas s'avançaient ceux que j'aime
Parmi lesquels je n'étais pas … 

 

Extrait de Cortège - Guillaume Apollinaire.

Photographie : J-François Bauret

   

Lucien Bonnafé est né le 15 Octobre 1912, il est mort le dimanche 16 mars 2003.

Profondément engagé dans la formation du personnel des asiles d’aliénés, les infirmiers de secteur psychiatrique lui doivent des interrogations fondamentales sur le sens de leur travail.

Marqué par le surréalisme, il a consacré sa vie à la recherche d’un désaliénisme théorique et pratique (accès au dossier "désaliénisme").

Il fut l’un des principaux acteurs de l’évolution de la psychiatrie du 20ème siècle (accès au dossier "l'hospitalisation psychiatrique avant le désaliénisme").

Considéré comme le principal fondateur de la psychiatrie de secteur, il a toujours animé avec l’ensemble des travailleurs de la santé mentale, la réflexion et le développement de celle-ci.

Aux cotés de Germaine Le Guillant et de Georges Daumézon il est dans la mise en place des stages Ceméa (accès au dossier "les Ceméa s'engagent en psychiatrie"), et de la formation des infirmiers psychiatriques au début des années 1950 (accès au dossier "formation psychiatrique").

Participant activement à la revue V.S.T. il publie de nombreux articles qui font référence.

   

Drôle de lundi, il nous a quitté ce dimanche 16 mars 2003, il y a quelques jours encore il nous interpellait sur le D.P.R, qui se terminait par un post-scriptum sur la dispersion de l'appartement d'André Breton.

Continuons la leçon désaliéniste.

Yves Gigou

 

 


 

post-scriptum :

 

 

"IL EST DANS L’ESSENCE DES SYMBOLES D’ÊTRE SYMBOLIQUES

 

       Un des grands mérites d’André Breton est d’avoir présenté avec 'Cet homme fut mon ami' les 'Lettres de Guerre' de Jacques Vaché, où figure la formule qui nous dit le sens profond de ce qu’il a voulu faire voir: l’infinie diversité des objets différents, hétérogènes, dont la réunion SYMBOLISE au plus haut les vertus du: 'Cet amalgame indéfinissable que nous nommons notre individualité' de Baudelaire et l’ampleur possible du "JE EST UN AUTRE".

 

Mais il y a les porteurs du petit 'diviser pour régner' qui leur fait maudire, avec leur contre-sens sur 'amalgame', la passion de faire du neuf avec du différent, hétérogène. Leur coup de malfaisance affairiste devant ce monument d’ouverture du sens constitué et montré par André Breton, SYMBOLISE au plus haut, à leur insu, la dangerosité de leur mode de fabrication des mentalités."

 

 


 

 

 

 

Haut de Page