maladie psychique souffrance trouble 

 PAGE D'ACCUEIL DU SITE  "PSYCHIATRIE INFIRMIERE"

 

 


 

 

"Bonjour,
Nous rencontrons des difficultés pour définir la maladie psychique. les termes "handicap mental" et "handicap psychique" sont plus abordables en s'appuyant sur les définitions données par l'UNAPEI et l'UNAFAM.
La lecture de votre site est riche d'informations, mais la question subsiste pour la "maladie psychique". Quelle est la différence avec la "maladie mentale"?
A partir de quand est-on un malade psychique? Quelle différence entre "souffrance psychique", "troubles psychiques" et "maladie psychique"?
En vous remerciant d'avance pour votre réponse.
Cordialement."

 

Dossier F.A.Q.

 


 

 

Bonjour,

et permettez-moi de reprendre dans l'ordre vos interrogations:

 

 

- "la question subsiste pour la maladie psychique. Quelle est la différence avec la maladie mentale?" -

 

Il n'y a pas de différence, les deux termes désignant la même sphère de pathologies, d'ordre relationnel. Mais les professionnels de la psychiatrie emploieront de préférence le second (maladie mentale).

 

 

- "A partir de quand est-on un malade psychique?" -

 

A partir du moment où un diagnostic psychiatrique a été posé par un médecin-psychiatre. Tant que la personne parvient à s'en sortir par ses propres moyens, ce qui inclut éventuellement l'aide de son entourage mais sans passer par les services de santé psy, elle n'est pas étiquetée 'malade psychique' (les professionnels préfèreront l'expression 'malade mental').

Les équipes de santé ont bien conscience de la connotation lourde et péjorative que la société attribue à l'étiquette psy: elles éviteront ou retarderont dans la mesure du possible la 'psychiatrisation' d'un jeune en souffrance, voire d'un moins jeune.

Ce qu'on appelle la psychiatrisation de quelqu'un, c'est la mise en place pour cette personne d'un suivi par une équipe de soins en santé mentale. C'est son inscription dans le 'circuit psychiatrique': centre d'accueil et de crise, unité d'hospitalisation, CMP, HdJ, CATTP, consultations médicales ou psychologiques, traitements médicamenteux... etc.

 

 

- "Quelle différence entre 'souffrance psychique', 'troubles psychiques' et 'maladie psychique'?" -

 

"Souffrance psychique": ce n'est pas un diagnostic ni à proprement parler une pathologie psychiatrique. La souffrance psychique désigne une douleur ressentie, qui n'est pas d'ordre somatique (ce n'est pas une jambe cassée). Un deuil par exemple provoque une souffrance psychique. Les douleurs psychiques sont ressenties personnellement, intimement et sont d'ordre relationnel (subjectives).

Relationnel: qui concerne les relations entretenues avec son entourage et avec soi-même (ou avec l'image que l'on a de soi).

Subjectif: de l'ordre du ressenti, de l'évaluation personnelle. Une douleur est toujours subjective: on ne peut pas la définir objectivement (on peut noter par-contre son évolution, suivant ce que la personne nous dit ou nous montre à voir).

Les souffrances psychiques influent sur le comportement: le repli et l'isolement sont des comportements, l'agressivité ou le suicide idem.

En psychiatrie, la souffrance est souvent de l'angoisse, et c'est pour l'éviter ou la faire cesser que la personne adopte des comportements qui parfois nous paraissent inadéquats.

On voit dans tout cela que la psychiatrie est intimement liée à la culture, mais aussi à une époque donnée, à une société donnée...

 

"Troubles psychiques": comportements relationnels inadéquats, inquiétant l'entourage et révélateurs d'une souffrance psychique chez la personne. Cela pourra concerner les sphères relationnelles familiales, professionnelles, de voisinage... ou dans la relation que la personne entretient avec elle-même. Ce sont ces troubles psychiques qui alertent les proches puis, par leur intermédiaire, font intervenir les services de santé.

 

"Maladie psychique": un diagnostic a été posé. La personne est malade, elle a besoin de soins, c'est à dire de l'aide des professionnels pour moins souffrir. Les troubles psychiques ont inquiété l'entourage, un signalement a été fait auprès des services médico-sociaux. La personne arrive au centre de crise ou aux urgences (via la police ou les pompiers, sur l'intervention d'une assistante sociale, d'un médecin traitant ou d'un membre de la famille... à moins que la personne ait fait la démarche elle-même, seule ou accompagnée).

 

En psychiatrie, les services de santé ne s'occupent pas d'une maladie; ils prennent en charge une personne présentant une grande souffrance psychique, qu'ils vont tenter de faire baisser ou d'éradiquer.

Les comportements relationnels sont révélateurs d'une évolution psychique interne: quand la souffrance diminue, les troubles s'amenuisent ou disparaissent.

 

En espérant avoir répondu, au moins en partie, à vos questionnements...
N'hésitez pas à me faire part de vos remarques ou suggestions.

Amitiés sincères.

Mr D. Giffard,

Infirmier de Secteur Psychiatrique.

 

 

 

 


 

 

 

Consulter ci-dessous:

 

Accès à l'ensemble du dossier "Foire Aux Questions".

 

 

 

 

 

http://psychiatriinfirmiere.free.fr/  -  "Foire aux questions"  -


 CONCEPTION - RECHERCHE - RÉALISATION

référencement, promotion de sites partenaires, échange de liens en dur

 

 

 

 

Haut de Page

  MAJ 09.11.12