GUIDE DU SERVICE INFIRMIER

 

- l'évolution des orientations en santé mentale et la fonction infirmière -

 

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Références législatives et réglementaires en santé mentale

La population et la santé mentale

La fonction infirmière en santé mentale

Les différentes structures de soins et la pratique infirmière

Adéquation entre besoins en santé mentale et service infirmier

 

Introduction

Adaptation des personnels à l'évolution et à la transformation du dispositif psychiatrique

Le service infirmier et l'évaluation

L'évaluation des personnels

Les formations: facteurs d'évolution des pratiques

L'évaluation de l'activité et des soins

 


 

 

L'ADÉQUATION ENTRE LES BESOINS EN SANTÉ MENTALE ET LE SERVICE INFIRMIER

 

 


L'ÉVALUATION DE L'ACTIVITÉ ET DES SOINS



Les résistances à l'évaluation de l'activité, dans le domaine de la santé mentale, s'appuient sur un certain nombre d'arguments qui doivent être discutés:

Actuellement l'importance des enjeux médicaux et économiques justifie la mise en œuvre de démarches d'évaluation.

Sur le plan médical, elle s'explique par l'évolution des techniques, les innovations thérapeutiques. L'évolution des coûts de la santé légitime pleinement la mise en évidence des pratiques et de leur coût.

Sur le plan de la santé mentale de la population, la prise en compte des informations épidémiologiques permet d'améliorer la prise en charge sanitaire des personnes.

 

Les infirmiers en santé mentale doivent être partie prenante de toutes les procédures évaluatives menées dans le champ de la santé mentale au travers de:

 

L'évaluation de l'activité

 

Un des objectifs du Ministère de la Santé est l'élaboration d'un système d'information cohérent, rendant compte des moyens et de l'activité du dispositif public de lutte contre les maladies mentales.

La circulaire n°90/07 du 11 avril 1990 relative à l'expérimentation de la gestion de l'information médicale en psychiatrie, préconise la création du Département d'Information Médicale (D.I.M.) dans les centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie afin d'organiser l'information médicale.

Cette circulaire fait référence à la généralisation du programme de médicalisation des systèmes d'information et à l'organisation de l'information médicale dans les hôpitaux publics à l'exclusion des services de psychiatrie (circulaire n°303 du 24 juillet 1989 relative à la généralisation du programme de médicalisation des systèmes d'information).

Depuis le début des années 80, d'autres recueils d'information existent dans le domaine de la psychiatrie (J. Pillonel, "la mise en place d'un système d'information cohérent en psychiatrie", Gestion Hospitalière n°52-53, avril/septembre 1988 p.7-20).

 

On peut citer pour mémoire:

C'est à partir de ces outils d'évaluation que le D.I.M. pourra entre autres produire:

Dans la circulaire déjà citée, portant sur la gestion de l'information médicale en psychiatrie, il est prévu un collège du D.I.M. dont l'infirmier général ou un représentant du corps infirmier est membre de droit. Le représentant du service infirmier participe à l'enrichissement de cet outil statistique en s'appuyant sur une description précise de l'activité clinique.

 

Pour cela, il doit être à même d'argumenter les données propres aux soins infirmiers qui caractérisent:

 

L'évaluation de la qualité des soins infirmiers

 

Comme dans tout service de production, et pour les raisons évoquées plus haut, le service rendu (en l'occurrence le soin infirmier quel que soit le lieu d'exercice) appelle une interrogation qualitative.

Le guide du service infirmier relatif à l'évaluation de la qualité des soins (Guide du service infirmier, "l'évaluation de la qualité des soins infirmiers des services hospitaliers", n°4 série soins infirmiers, Ministère des Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale, BO n°87, 27 bis, 157 pages) est totalement applicable dans ses règles méthodologiques à la pratique infirmière en santé mentale.

Les chapitres qui précèdent visent à promouvoir une définition claire du contenu et du sens de la pratique infirmière.

Des procédures d'évaluation qualitative peuvent être promues à partir de ces indications. Le déclenchement d'actions évaluatives peut participer à la définition de celles-ci et à une évolution qualitative plus performante.

L'inclusion d'une démarche qualitative ne peut qu'encourager et développer des protocoles, des techniques de soins et des projets thérapeutiques dont les problématiques sont clairement énoncées, les objectifs fixés, les actions énumérées et les évaluations prévues.

 

A titre indicatif, on peut dire que l'évaluation qualitative dans la pratique du soignant infirmier en santé mentale prend en compte:

La faisabilité d'une méthode qualitative élaborée à partir de ces éléments et après définition de critères permettant la mesure a été démontré dans certains établissements (J. Defer, S. Gaubert: "l'évaluation quantitative et qualitative des besoins en soins infirmiers dans le cadre des activités intra et extra hospitalières: l'expérience du centre hospitalier spécialisé de Rouffach", Gestion Hospitalière, décembre 1990, p.451-466).

 

 

L'évaluation de la charge de travail

 

Le guide méthodologique de planification en santé mentale pose, en maints endroits, la question de l'adéquation des moyens en personnel soignant, pour la lutte contre les maladies mentales et l'affectation des personnels soignants dans les différentes structures intra et extra-hospitalières.

 

Si les questions d'ordre général telles que:

... sont clairement exposées, la problématique propre à l'adéquation des effectifs à une charge de travail ne l'est pas.

Dans le chapitre 5.2 relatif à la procédure d'élaboration et de validation du Schéma Départemental d'Organisation, il est précisé qu'il doit exister une cohérence au niveau de chaque établissement en ce qui concerne le personnel, l'affectation des soignants dans les structures intra et extra-hospitalières, par une évaluation des moyens à mettre en place ("Guide Méthodologique de planification en santé mentale", p.32). Aujourd'hui... "les infirmières ne peuvent plus limiter la justification de leur demande à leur bonne foi ou à la connaissance qu'elles ont des besoins du service" ("Guide du service infirmier. Les soins infirmiers et la charge de travail", n°2 série organisation et gestion du service infirmier, BO n°87/29bis, p.143). Il s'agit donc "d'apprécier la charge de travail liée aux soins et à la qualité de ces soins, mettant en valeur le temps nécessaire à l'exécution convenable des actes constitutifs des soins...".

Cela pose d'emblée le problème des préalables indispensables, de la définition des soins infirmiers en psychiatrie ainsi que le choix ou l'élaboration de l'outil d'évaluation de la charge de travail.

 

Des préalables majeurs cautionnent la mise en place de l'outil d'évaluation de la charge de travail:

  1. le premier est la capacité des soignants infirmiers d'être à même de rendre compte du sens de leur pratique et

  2. le second consiste en la capacité de pouvoir en préciser le contenu.

De nombreuses expériences en matière d'évaluation de la charge de travail ont été menées en France ces dernières années. Le guide du service infirmier qui en traite rend parfaitement compte de la méthodologie des différents outils de soins existants ("Guide du service infirmier. Les soins infirmiers et la charge de travail", n°2 série organisation et gestion du service infirmier, B.O. n°87/29bis).

Si des expériences locales ont fait preuve de l'efficacité de certaines méthodes (S. Gaubert, "évaluation des besoins en soins infirmiers en psychiatrie en intra et extra hospitalier", Rouffach, 1988, 196 pages et M.C. Beaughon, "la charge de travail infirmier", gestion hospitalière n°206 mai 1981), il n'en reste pas moins vrai que des procédures de validation par la généralisation d'un outil unique restent à réaliser, afin de tendre vers une cohérence départementale, régionale et nationale dans l'affectation des moyens en personnel.

 

 

 

 

- http://psychiatriinfirmiere.free.fr/ -  "Guide du service infirmier de 1991" - Ministère des affaires sociales et de la solidarité - Direction des hôpitaux -

 

 


 

Haut de Page